• 9100 visits
  • 26 articles
  • 7047 hearts
  • 5829 comments

30/06/2016


 
L'Amour est synonyme de Souffrance.

◆ Présentation ◆ 03/04/2015

◆ Présentation ◆

Ore wa hajidere da.

Du 30/07 au 27/08 Je serais potentiellement absente ou très peu présente car je n'ai aucune idée si j'aurais l'accès au wifi. Les chapitres de la fiction se trouveront tout à la fin du blog car je ne pourrais les réarranger dans le bon ordre ! Mais avec les dates de sortie, vous saurez quand regarder ! Désolée ;;

Les règles, c'est les mêmes partout, tout le monde les connaît. Pas de plagiat, merci de respecter mon travail. Aucune des images ne sont de moi (sauf ce montage uh), je les ai toutes prises sur internet. Je réponds toujours sur mon blog par habitude, mais si ça vous dérange, vous pouvez demander à ce que je réponde sur le votre. ʕ•ᴥ•ʔ Et aussi, faites votre pub ici. Parce que ça me saoule de faire un article exprès pour que vous la fassiez toujours là où il faut pas.
Voilà pour les trucs chiants, vous pouvez venir me parler sans problème, je vous répondrais avec plaisir (≧∇≦)/ Ne vous fiez pas à mon pseudo kikoolol ewe.
J'aime les Pokémon auchi. Saturne and Silver are bae. Je fais parti de PokeZone~

Une fois ma fiction finie, je commencerai un nouveau projet à la rentrée centré autour de 2 personnages qui parleront de tout de rien, de choses qui aurait pu m'arriver ou d'événements inventés. Ce sera de courts articles mais quotidiens/hebdomadaires. J'espère que cela vous plaira. Ce rythme d'écriture qui n'impose rien sera plus simple pour moi avec la 1ère qui arrive :3

 
AM I GLOSSOPHOBE AND BLEMMOPHOBE ?

Instagram : maeru_chan
Wattpad : CommanderSaturn

R E P E R T O I R E S
Bonne visite à twa sur le blog d'une rouquine jamais coiffée

◆ Présentation ◆

Tags : Présentation - bonne lecture ♥

◆ Sommaire ◆ 26/06/2017

◆ Sommaire ◆

 
                                                   Textes                                              

 
                                      Fiction Pokémon                                

◆ Sommaire ◆

La Team Galaxie avait un but : créer un monde nouveau en utilisant les Pokémon Légendaires. Seul Hélio, leur chef, y entra. Quant aux commandants Saturne, Mars et Jupiter, ils furent arrêtés dans une prison. Ils se rendront vite compte qu'elle est un enfer sur Terre, un lieu de cauchemars et psychopathes.
Chap 8 : 19 août
Chap 9 : 26 août
...
(la liste des prévenus a été mise à jour, tu peux demander à y être dès maintenant !)
Si connaître les épisodes précédant ma fiction t'intéresse : (S12) ep 618 - 619 -620

                 Dessins                 

                            Fiction 1 (en pause)                           

Nikki est amoureuse d'Hideki, le stéréotype du garçon adulé du lycée. Misaki se fait rejeter par cette dernière qui était sa meilleure amie. La jeune fille se retrouve alors dans la solitude, tourmentée par Hideki...


Tags : Sommaire ♥

Roserade - xGijinka 22/07/2017



Roserade se prend pour une riche lady de la haute société. Cependant, elle ne garde sa fortune que très peu de temps car à chaque fois, elle ne peut s'empêcher d'acheter toutes sortes de choses inutiles. Roserade ne jette rien de ce qu'elle possède, ce qui fait qu'elle sème du désordre partout. Elle a une forte tendance cleptomane. Toutefois, elle veille à être toujours bien habillée et serviable. Elle use de ses charmes à sa guise pour obtenir l'objet de ses désirs. Toutefois, elle reste respectueuse d'elle-même, qu'importe les circonstances, et a une (trop) grande fierté.
Une odeur envoûtante se trouve toujours dans son sillage...

LEVEL 46
5000 Poké$
N'hésitez pas à demander pour les échanges de chiffres :3

Tags : 1 kiff = 100 PokéDollars - 10 commentaires = 1 niveau atteint

◆ Liste des Prévenus ◆ 20/04/2015


 Si tu souhaites être prévenu de la sortie d'un nouveau chapitre, texte ou dessin précise le en commentaire ! La liste vient d'être réinitialisée pour le renouvellement du blog ~

Via Skyrock iPhone

Tags : liste des prévenus

Saturn - 01 01/07/2017


Ses cheveux bleus brillaient dans le clair de lune. Il sentait l'air frais de la nuit sur son doux visage pâle. Le jeune homme était ravi d'avoir enfin obtenu l'autorisation d'être dans une cellule avec fenêtre. Elle lui paraissait cependant bien austère avec ses murs de béton gris et froid. Le lit était tout aussi accueillant, fait de métal terne et le matelas avait mauvaise mine. Une pierre n'aurait pas été plus moelleuse que son oreiller. On ne pouvait pas dire que le confort était au rendez-vous. Le garçon se sentait si seul dans cette horrible prison.
Il fixa les constellations au-dehors. Elles brillaient de mille feux. Voilà la Grande Ourse ! Il s'amusait à les reconnaître. Dire qu'un jour, il avait été si proche de les traverser pour partir dans un autre monde. Elles lui semblaient si lointaines, comme des mirages qu'on craint de voir disparaître si l'on ferme les yeux.
De hautes montagnes entouraient le pénitencier, telles des murailles rendant la vallée impénétrable. Comme si l'endroit n'était pas déjà assez oppressant. En plus de ça, elles lui rappelaient de mauvais souvenirs, tels que le mont Couronné... Il n'avait aucune idée de l'endroit où il était, sans doute une prison secrète de l'État de Sinnoh, mais laquelle ?
 
— Eh, Saturne.., chuchota une voix féminine.
 
L'intéressé cessa sa contemplation du plafond étoilé pour chercher l'origine de l'appel. Cela faisait si longtemps qu'on ne l'avait pas appelé par son nom de code.
 
— Je suis dans la cellule juste en face, idiot !
— Oh c'est toi Mars.. Si j'avais su qu'on m'enverrait là, j'aurais hésité, rétorqua-t-il avec une voix légèrement moqueuse.
 
Il s'avança jusqu'aux barreaux épais qui le séparaient du couloir ainsi que de sa liberté. Il put y coller son visage sans recevoir quelque électrochoc, dieu merci. Mars était une ancienne commandante de la Team Galaxie.
 
— Je commençais à me dire que je ne te verrai plus, voilà deux mois que je ne t'avais pas adressé la parole mon chéri, soupira la demoiselle aux cheveux rouges.
— Ne recommence pas avec ce stupide surnom. Aussi stupide que ton improbable coupe de cheveux, ajouta-t-il, l'air las.
 
Il n'avait pas tort car sa coiffure formait une pointe au-dessus de sa frange ainsi que deux autres sur les côtés de sa tête.
 
— C'est avant-gardiste voilà tout. Et tu peux parler toi, on dirait que tu as des oreilles de Delcatty, rétorqua la fille avec véhémence.
— Tu aurais pu trouver une comparaison qui m'aurait donné l'air plus viril enfin... Tu as pu parler avec Jupiter..?
 
Un silence de mort s'installa un instant. Cela signifiait qu'aucun d'entre eux n'avaient eu contact avec leur amie depuis un long moment. Il pouvait lui être arrivé n'importe quoi, et sans doute pas des choses agréables. C'était comme si les entrailles de la prison l'avaient avalée. Après leur arrestation suite à l'échec de leur plan, ils avaient tous été arrêtés. Ils avaient été mis dans différentes cellules pour les empêcher de communiquer.
 
— Depuis notre entrée ici, tu es la première que je revois alors non, aucune trace d'elle. Les gardes n'en parlaient jamais entre eux. C'est à peine s'il m'adressait la parole ces enfoirés, ajouta-t-il avec un langage toujours aussi charmant.
— Ne me parle pas d'eux... Quand ils venaient, ils en profitaient toujours pour me faire des propositions dégoûtantes ! Je les hais, eux et leurs Pokémons qui me fixaient toujours d'un air dédaigneux ! Rumina Mars.
 
Saturne n'avait jamais vu un Pokémon dédaigneux, mais il se passa de remarques. Cela lui faisait bizarre de pouvoir à nouveau converser avec un être humain qui lui était familier. Il ne manquait que Jupiter pour reformer leur trio.
 
— Pour en revenir à Jupiter, changea de sujet le garçon, je crains qu'il ne lui soit arriver malheur. Pour pouvoir le vérifier, il faudrait pouvoir la retrouver et donc sortir d'ici. Ce qui nous laisse une chance avec un taux proche de zéro.
— Tu dis cela sans aucun état d'âme ! Tu ne ressens donc rien ?! S'indigna son interlocutrice d'une voix empreinte de tristesse.
— Je n'ai pas un c½ur de pierre contrairement à ce que tu imagines. Mais ne mets pas cette idée de côté, pour ne pas être trop attristée au cas où.
— Elle est.. comme ma s½ur ! J'étais prête à me sacrifier pour notre plan, mais je refuse de la voir mourir !
 
Saturne se demanda quel genre de relation entretenaient les deux filles. Enfin, cette question n'était pas à l'ordre du jour, bien qu'il éprouva une pointe de jalousie. Il préférait la laisser penser que Jupiter pouvait avoir perdu la vie car la chercher ne leur ferait que perdre du temps avant leur fuite. Elle était assez grande pour se débrouiller seule. Il ne pensait pas que leurs geôliers étaient capables de tuer pour parvenir à leurs fins, mais on n'est jamais sûr de rien. D'ailleurs, le jeune homme n'était pas certain d'être en les mains de hauts placés de Sinnoh. Pourquoi cette étrange impression ? Il n'en avait aucune idée.
 
— Tu ne trouves pas étrange que l'on se retrouve subitement voisins de cellules alors que tout avait été fait pour nous séparer auparavant ? Demanda-t-il.
— Et bien... J'imagine que nous pouvons le voir comme une chance. Même si la présence de Jupiter aurait été bien.
 
Saturne leva les yeux en l'air, à la recherche d'un objet bien précis. Bon sang ! Ils n'avaient même pas pris la peine de les cacher !
 
— Nous avons été rapprochés dans le seul but qu'ils puissent écouter gentiment nos conversations, comme en témoignent ces caméras, informa le jeune homme aux cheveux bleus, en pointant le doigt vers lesdites caméras.
 
Mars posa ses deux mains sur sa bouche avec surprise. Elle avait été bête de croire qu'ils pouvaient converser sans crainte. Sa naïveté lui jouait toujours des tours. Comme si les gardiens allaient dire : " Parlez sans crainte, nous n'écouterons pas du tout, à l'affût de la moindre information."
 
— Ne t'en fait pas, nous trouverons un moyen de partir, la rassura Saturne en parlant fort et adressant un majeur levé en direction des appareils de surveillance.
 
Tout deux notèrent en silence qu'aucun n'avait encore prononcé le nom de ce traître d'Hélio.
 
 ◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆
 
Voici la fin du premier chapitre de cette nouvelle fiction ! J'espère que ça t'a plu ! N'hésite pas à me donner tes impressions pour m'améliorer sur la suite >w<. Tu peux t'inscrire dans la liste des prévenus pour être au courant de la sortie des nouveaux chapitres (en com' ou sur l'article dédié) :3
L'image de Saturne en habits de prisonnier est trop kawaii, nee ?
 
Kisu les p'tits nenfants (ᇴ‿ฺᇴ)

Tags : Fanfiction - Saturn - Chapitre 1 - Pokémon - Team Galaxie

Saturn - 02 08/07/2017


Il y eut un silence gênant. Saturne observa le visage fermé de Mars. Ses yeux noisette aux reflets rouges lançaient des éclairs. Elle avait dû troquer sa robe d'uniforme de la Team Galaxie pour une chemise longue rayée et plutôt informe. Elle était bien trop grande pour la jeune femme qui était fine et de petite taille. Elle ressemblait presque à une enfant. On avait du mal à croire qu'elle avait atteint la majorité.
Saturne cessa son observation pour se recentrer sur ses pensées. Il leur était à tout deux difficile d'aborder le sujet de leur chef Hélio qui les avait abandonné. Chacun savait à quoi l'autre pensait. Saturne se décida à commencer :

Bon... Je sais que ça ne te plaît pas d'en parler mais il le faut bien.. Il nous a lâchement laissé seul.
Nous lui avons été fidèles et exécuté tous ses ordres sans exception ! C'est injuste qu'il nous ait interdit de venir avec lui, soupira Mars.

Saturne se remémora les tristes événements. La Team Galaxie avait réuni Créfadet, Créfolet et Créelfe, ainsi que les Orbes Perlée et Adament. Grâce aux Chaînes Rouges, Dialga et Palkia purent être maîtrisés un moment. C'est ainsi qu'au Mont Couronné, une sphère concentrant la force d'un nouvel espace-temps s'était créée. Hélio était devant, à contempler ce qu'il considérait comme son ½uvre. Les trois commandants s'apprêtaient à le suivre mais il décréta qu'ils allaient polluer son air. Mars voulait l'accompagner mais Saturne la retint.

Mais pourrions-nous dormir ? Coupa court Mars en lâchant un bâillement.
Tu es comme une enfant incapable de veiller, se moqua gentiment Saturne. Sans doute n'était-elle pas encore prête à parler d'Hélio.
Ne vois-tu pas l'aurore au dehors ?
 
Elle avait raison. Le garçon lui souhaita de passer une bonne nuit. Il s'allongea sur son lit et s'enroula dans la couette. Il ferma les yeux. Il n'était plus seul à présent. Après avoir passé des mois avec ses pensées noires, la solitude l'avait enveloppée peu à peu. Mais sa chère Mars avait brisé cette bulle meurtrière. Au fond de lui, il était rassuré que ça soit Jupiter et non Mars qui ait disparu. Cette pensée ne lui plaisait pas mais c'était vrai. Mars, si forte, si inaccessible avait toujours été sa préférée. L'image de la belle aux cheveux carmin flottait encore dans son esprit lorsqu'il s'endormit.

...

Dépêchez-vous avant qu'il ne se réveille ! Je n'ai pas envie de gaspiller des somnifères à cause d'incompétents comme vous ! Tonna une voix qui était inconnue à Saturne.

Il n'avait aucune idée d'où il se trouvait. Ses sens étaient comme engourdis. Ce qui était sûr, c'est qu'il ne sentait plus la chaude couette autour de lui. Il avait l'impression d'être couché sur du métal froid. A son grand malheur, il se révéla qu'il avait raison. A mesure qu'il émergea de cet état semi-comateux, il comprit qu'il était attaché sur ce qui semblait être une table d'opération, pas des plus confortable. Ses mains étaient liées au-dessus de sa tête, une chaîne entravait également son cou et ses jambes pareillement immobilisées. La lumière juste en face l'aveuglait presque. C'était frustrant de ne pas pouvoir se mouvoir ou même tourner la tête pour voir ce qui se passait autour de lui.
Il comprit qu'il se trouvait dans un laboratoire sans aucun doute tenu par des psychopathes. Qui d'autres pouvaient avoir l'idée saugrenue d'attacher un être humain ? Pourquoi diable y avait-il un tel endroit dans une prison. Cela confirma ses doutes concernant l'identité de ses geôliers...

DÉTACHEZ-MOI PUTAIN ! S'époumona Saturne. Sans doute pour rien, mais cela ferait peut-être venir quelqu'un vers lui.
Il va pas fermer sa gueule le gamin là, soupira une voix.
Je ne suis pas un gamin, et qu'est-ce que vous foutez ?!
 
Il n'eut que des rires méprisants pour réponse. Un visage se pencha sur lui. C'était un homme dans la quarantaine qui portait une blouse blanche. Sa barbe très courte était impeccablement taillé. Son visage anguleux était constellé de fines cicatrices. Il avait des yeux verts émeraudes rieurs et sa fine bouche se tordit en un sourire narquois.

Alors, Dr. Jekill, tu vas me dire pourquoi je suis attaché ? S'agaça-t-il de se retrouver en position de faiblesse face à un personnage pareil qui le regardait avec autant de condescendance.
Tu le découvriras bien assez vite. Et puis tu devrais nous remercier. Si tout se passe bien, tu auras juste un peu mal.
 
Ce n'était pas très rassurant. Vraiment pas. Qu'allaient-ils lui faire ? Le torturer ? Il est vrai que tout le monde ne pouvait pas comprendre le sens des actions qu'avait commises la Team Galaxie, mais de là à perdre tout sens de l'humanité. Il ne méritait en aucun cas pareil traitement !

Vous semblez être le chef de toute cette merde, alors où est Jupiter ? Demanda Saturne.

Ce n'est pas comme si cet homme dérangé allait lui répondre mais qui ne tente rien n'a rien, n'est-ce pas ? Il pourrait peut-être récupérer quelque information utile sur sa disparition.
 
Jupiter.., il chercha un instant dans sa mémoire. Ah oui ! La fille avec les cheveux violets et à la coiffure étrange. Désolé mais les résultats ne furent pas très concluants.
Comment ça pas concluants ?! Qu'avez-vous fait d'elle ?
Ce n'est plus important à présent, dit le médecin. Bien, tout est prêt Nour ?
 
Ces réponses certifiaient un peu plus son idée que Jupiter avait perdu la vie. Comment l'annoncer à Mars, elle qui était si proche d'elle ? Saturne n'aurait probablement pas à s'occuper de ce problème car il semblait que son tour était venu. Peut-être en réchapperait-il avec un peu de chance. L'infirmière dénommée Nour s'approcha. Il se débattit dans tous les sens mais ça eut pour seule conséquence qu'on resserra encore plus ses liens. Ses muscles le tiraillaient et tout son corps était tendu. Une main forte lui aplati le visage sur le côté, de sorte qu'une partie de sa nuque était à découvert. Il sentit qu'on lui appliquait un gel tout en haut de la colonne vertébrale. Des frissons parcoururent son échine.

Il faut que cela atteignent la moelle épinière et le système nerveux. Allez-y à deux fois si nécessaire.
Bien Monsieur Clyde, répondit Nour.
 
Saturne avait de plus en plus peur. Il ne comprenait pas pourquoi ils faisaient ça. Jupiter avait subi la même chose et en étant sans doute morte. Pourquoi avaient-ils parlé de son système nerveux ? Qu'est-ce que ça venait foutre là-dedans ?!

Détendez-vous si vous voulez souffrir moins, suggéra Nour d'une voix douce qui aurait été charmante si ce n'était pas en de pareilles circonstances.

Comment se détendre avec l'estomac qui se tordait de peur et les os prêts à craquer tant les liens étaient serrés ? Une aiguille vient se planter dans sa nuque en s'enfonçant profondément. Saturne eut le souffle coupé de douleur. Il hurla en se convulsant dangereusement. Il lui semblait que chacune de ses cellules étaient traversées d'épines et brûlaient en même temps. Les spasmes devenaient encore plus rapprochés quand une seconde piqûre s'ajouta juste à côté de la précédente. L'air n'arrivait plus dans les poumons du garçon. Il suffoquait.

Continuez ! Il m'a l'air coriace, il va tenir le coup ! Encouragea le Dr. Clyde.
Il va faire une hémorragie interne..., pesta l'infirmière en appuyant un peu plus.
C'est presque fini, ça va marcher ! Je refuse d'en perdre un autre.
 
De petits points blancs apparurent dans la vision de Saturne. Les voix des gens autour de lui furent la dernière chose qu'il perçut avant de s'évanouir de douleur.

◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆

Et voilà, le chapitre 2 est fini ! Un peu plus long que le précédent je l'espère x3~
Ton avis m'intéresse, alors n'hésite pas :3
Cette fois, Saturne a l'air plus ténébreux (et viril uwu)~
Tu peux t'inscrire dans la liste des prévenus pour être au courant de la sortie des nouveaux chapitres (en com' ou sur l'article dédié) :3 !

 

Tags : Fanfiction - Saturn - Chapitre 2 - Team Galaxie

Saturn - 03 15/07/2017


 
Elle s'installa confortablement sur ses genoux, face à lui. Il enfouit son visage au creux de son cou. Son souffle chaud sur sa peau blanche la détendait. Une délicieuse odeur enivrante se dégageait des cheveux pourpres de la jeune fille. Elle se sentait en sécurité dans ses bras protecteurs. Il la réchauffait du mieux qu'il pouvait, l'enlaçant pour l'avoir au plus proche de lui. Elle était si douce... C'était comme si rien ne pouvait les atteindre, les séparer. Il prit ses mains en entrelaçant leurs doigts. Elle lui caressait doucement sa chevelure bleutée, avec affection. La joie se lisait dans les yeux de sa dulcinée. Elle se pencha à gauche de lui, vers son oreille, pour chuchoter :
 
— Merci de m'avoir tué mon chou...
 
Il releva la tête d'un coup. Ce qu'il vit le glaça d'effroi. Il n'y avait plus les douces mains de Mars entre les siennes mais un long couteau de cuisine qu'il était en train d'enfoncer profondément dans l'estomac ensanglanté de cette dernière. C'était comme s'il ne contrôlait plus ses gestes, aucun son ne pouvait sortir de sa bouche alors qu'il aurait voulu hurler son désespoir. Malgré le liquide vermeil qui coulait à flot, elle avait un léger sourire aux lèvres. Le rouge de sa chevelure devint terne puis elle s'effondra dans un silence de mort.
 
— Mars, non..!!
 
Le garçon ouvrit les yeux en sursaut, il était couvert de sueur après cette nuit agitée. Il regarda avec terreur ses mains, les imaginant pleines du sang de son amie. Le début de son rêve avait été si agréable... Pourquoi s'était-il transformé en cet effroyable cauchemar ? Il souleva sa couette pour sauter hors du lit. Il accourut aux barreaux de la cellules pour appeler maintes fois. Il n'obtint malheureusement aucune réponse. Peut-être était-elle encore dans les bras de Morphée. Il en doutait. Il ne pouvait pas voir sa couchette à cause de l'obscurité encore présente.
Le garçon sentit soudain une douleur fulgurante dans sa nuque. Il se mordit la main pour retenir un cri. Cette souffrance lui rappela ce qu'il avait subit. Il commença à trembler. Il était encore en vie, ce qui lui paraissait incroyable. Saturne ne savait pas dans quel but ces gens étranges lui avaient ça.
Il se rendit compte que Mars avait pu vivre la même terrible expérience. Cela expliquerait son absence, qui l'inquiétait beaucoup. L'idée de l'avoir perdue ne l'effleura même pas, il rejeta aussitôt cette pensée.
Il s'assit en tailleur à même le sol en fermant les yeux. La patience serait la bienvenue pour attendre le retour de Mars. Sa respiration se ralentit, son pouls se calma. Peu à peu, la sérénité l'envahit. La douleur dans son cou avait disparu grâce à son calme.
Saturne ressentait tout. Les muscles qui se contractent. Le sang qui circule dans ses veines. Les cellules qui meurent et régénèrent. Le c½ur qui bat. Les nerfs qui transmettent les informations. Des frissons lui parcoururent l'échine. Comment pouvait-il avoir une telle conscience de son propre corps ? Même en ne voyant pas, il pouvait aisément savoir l'emplacement exact, la masse et l'importance volumique du lit de sa cellule. Cette étrange perception de lui-même et son environnement le déstabilisait. Le garçon discerna un élément nouveau apparaître dans l'espace. Les formes étaient floues dans son esprit ce qui devait signifier que ces choses étaient plutôt loin. Il concentra sa psyché et les ombres furent de plus en plus précises. Un spasme de terreur le secoua. Mars était en présence de deux autres personnes !
Il n'eut pas le temps d'essayer de mieux maîtriser sa nouvelle faculté. Saturne se jeta sur son matelas pour feindre d'encore dormir. Certes, ceux qui observaient les caméras de surveillance l'avait vu éveillé mais sans doute pas ceux en train d'arriver.
Les bruits s'approchaient. Ils lui rappelaient ceux autour de lui lorsqu'il était attaché dans l'étrange salle.
 
— J'crois qu'on va en perdre une deuxième, grommela une voix rauque.
— Si ça devait arriver, et bien il nous en reste un qui n'a pas fait de rejet, rétorqua une deuxième.
 
Les pas s'arrêtèrent un instant. Saturne les distinguait tout à fait, bien qu'ayant les yeux fermés. Les hommes soutenaient Mars, sans doute évanouie car elle n'esquissait pas le moindre mouvement.
 
— Il ne s'est pas encore réveillé, on dirait.
— On nous la pas assigné.. Ouvre-moi la porte au lieu de divaguer ! Ordonna l'un d'eux.
 
Le gardien effectua une combinaison complexe sur le digicode avant de procéder à un scanner oculaire pour permettre d'ouvrir la porte. Ils posèrent Mars sur son lit sans ménagement et ne prient pas la peine de la couvrir alors qu'elle était tremblante. Avant de partir, un des veilleurs referma avec soin la cellule. Dès que ceux-ci furent suffisamment éloignés, Saturne se précipita vers les barreaux.
 
— Mars ! Réveille toi, je t'en pris !
 
Il était d'un côté soulagé qu'elle soit là mais inquiet de son état. Seul la respiration saccadée de son amie parvenait à ses oreilles. Elle était toujours en vie, c'était le plus important. La jeune fille lâcha un grognement puis se tourna de l'autre côté.
 
— Bouge tes fesses et viens ! Faut vraiment qu'on parle ! Répéta-t-il encore.
— Ta gueule Saturne.
 
Il s'arrêta net. Elle n'allait pas si mal finalement puisqu'elle avait encore la force d'exercer sa gentillesse légendaire.
 
— Comment oses-tu parler sur ce ton à ton vénéré maître ? Plaisanta le garçon.
 
Mars daigna se relever. Elle s'avança, enfin rampa en s'enroulant dans la couette telle une chenille. Des cernes violacés encadraient ses yeux et ses lèvres gercées montraient un certain manque de hydratation. On pouvait voir quelques ecchymoses ou autres bleus sur son visage blême et son cou. Saturne l'avait déjà vu sous un bien meilleur jour. À ce moment là, elle n'était que l'ombre d'elle-même bien qu'elle garda toujours son petit sourire aux lèvres. Ses cheveux en bataille lui donnait un air fragile et sauvage.
— Dans quel état ils t'ont mise ma pauvre..., soupira Saturne, l'air triste.Tu n'as pas vu ta tête avant de dire ça. On dirait que tu as vu un fantôme, rétorqua l'intéressée.
— Tu as dû subir la même chose que moi... Tu as une idée de pourquoi ils ont fait ça ?
— Je n'en ai aucune idée malheureusement. Nous sommes d'accord sur le fait que ces gens fous ne sont pas ceux qui nous ont arrêtés. Cynthia et ces foutus gosses étaient présents, ils ne nous auraient pas mis entre les mains de tels psychopathes, affirma Mars.
— Quelque chose a dû se passer pendant le transfert, je ne sais pas... Quoi qu'il en soit, il est impératif que nous nous sortions d'ici au plus vite. Il en va de notre survie.
 
Tout deux baissèrent la tête en silence. Ils songeaient à Jupiter, les chances de la retrouver vivante s'amenuisait de plus en plus.
 
— Et je crois que ces injections ont eu des effets secondaires sur moi, commença le garçon aux cheveux bleus.
— Comment ? Cela ne m'a donné que de la souffrance mais je ne me sens pas différente par rapport à avant..., s'interrogea-t-elle.
— Je peux ressentir toute la masse de chacun des objets qui composent l'environnement. C'est la même chose pour mon propre corps. Je n'ai essayé que quelques instants avant ton arrivée.
— C'est étrange comme phénomène... Cependant, je crois que cela pourrait nous servir pour une certaine occasion..., répondit-elle avec un grand sourire.
 
Il était évidemment question de leur future fuite. Pouvoir repérer à l'avance où se trouverait des Pokémon et des gardiens leur procurerait un léger avantage.
 
◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆

Et voilà chapitre 3 fini ! Plutôt sympa les nouveaux pouvoirs de Saturne ? ~
J'espère que vous avez hâte que la suite arrive uwu
Tu peux t'inscrire dans la liste des prévenus pour être au courant de la sortie des nouveaux chapitres (en com' ou sur l'article dédié) :3
Ce fan art est trop kawaiii

Tags : Fanfiction - Saturn - Chapitre 3 - Pokémon - Team Galaxie

Saturn - 04 21/07/2017


L'idée de retrouver un jour la liberté leur avait fait garder espoir. Et ce rêve deviendrait bientôt réalité, ou du moins l'espéraient-ils. Encore restait à trouver le moyen de communiquer secrètement. Si les gardiens connaissaient en détails leur plan d'évasion, celui-ci serait impossible à mettre en ½uvre. Saturne commençait à réfléchir à cela quand il sentit un veilleur arriver. En effet, il marchait vers leur cellule, un plateau entre les mains. Il était suivi du Dr. Clyde qui arborait un grand sourire victorieux.
 
Ah mes p'tits jeunes ! Toujours aussi vivaces après ces expériences peu agréables !
 
Le gardien fit passer la nourriture aux prisonniers par le biais d'une toute petite trappe. Les deux fixaient avec haine le Docteur. Ils ne touchèrent pas au maigre repas qui leur était destiné. Mars fulminait et lui aurait arraché ses organes un par un si elle l'avait pu.
 
Vous n'êtes qu'un mons-
Alors, vous sentez vous différents ? Coupa Clyde.
 
Cela ne plus pas du tout à la jeune fille qui lança sa cuillère à travers les barreaux pourtant très peu espacés. L'homme l'esquiva avec une habilité et une vélocité stupéfiante. Il eut un rire cynique.
 
Fort heureusement que nous n'ayons pas eu la sordide idée de vous donner des couteaux. Je vois que Mademoiselle sait sortir les griffes. Mais désolé de vous décevoir, quand bien même elle m'aurait atteint, vous seriez toujours enfermé. Échec de l'attaque de petite cuillère.
 
Il se moquait et cela semblait beaucoup l'amuser. Saturne daigna répondre à ce qu'il venait déloquer.
 
Pourquoi aurions-nous dû nous sentir autrement ? Vos foutus injections y seraient pour quelque chose ?
Merveilleux. Si j'en réfère à ce que vous avez dit, le traitement a marché !
 
Il arborait un sourire de plus en plus grand. Il n'avait pas besoin que le garçon lui en dise plus, au ton qu'il avait employé, c'était facile à deviner. Ses cobayes avaient de bons résultats finalement. La première n'avait été qu'un essai pour tester les doses.
 
Cependant, je vous laisserai deviner le but de tout cela. Avec un peu de chance, vous le découvrirez par vous-même, continua-t-il. En ce qui concerne votre amie Mars, nous avions diminué la quantité de raison de sa fine corpulence mais cela a dû être insuffisant en fin de compte.
Attendez... Vous n'allez pas recommencer ?! S'inquiéta-t-elle, une terreur mal dissimulée dans la voix.
Bien sûr que si, répondit-il avec froideur. Je vous prierai de ne pas vous laissez mourir alors mangez.
 
C'est sur cet ordre que Clyde tourna les talons et s'en alla, sa longue blouse ondoyant au rythme de ses pas. Le veilleur devait attendre qu'ils aient terminé leur repas avant de partir. Il s'adossa au mur pour patienter.
 
Saturne réfléchissait à toute vitesse. Ils n'avaient pas eu le temps de planifier leur évasion, rien ne pouvait le montrer aux gardes. S'ils faisaient quelque chose maintenant, ils créeraient forcément l'effet de surprise. Le problème était que Mars n'aurait peut-être pas une réaction facilitant leur fuite.

Il prit sa cuillère, le tout étant de gagner du temps.

Pour ouvrir les cellules, il fallait un code. Saturne avait réussi à mémoriser les gestes du gardien qui était venu renfermer Mars. Bien qu'il ne connaissait pas la combinaison, il réussirait à reproduire correctement l'enchaînement. Avec beaucoup de chance, certes, mais tout leur plan allait reposer dessus. Il n'aurait doute droit qu'à un essai car une alarme se déclencherait probablement en cas d'erreur. Restait encore le problème du contrôle oculaire. Comment forcer le garde à mettre sa foutue rétine devant le scanner..?

Il avala quelques bouchées de purée fade et refroidie tout en fixant Mars. Elle commençait à comprendre que quelque chose se tramait dans l'esprit de son ami. Le gardien ne faisait pas attention à eux.

Saturne pourrait éviter les éventuels opposants car il sentirait leur présence. Mais comment ne pas se perdre ? Cet endroit pouvait être un véritable labyrinthe. Et s'il arrivait à casser cette cloison d'une façon ou d'une autre ? Par la fenêtre, il avait vu que ce mur était une façade en hauteur du bâtiment. C'est-à-dire qu'en bas se trouvait la forêt et les montagnes qui entouraient la prison. S'ils se réceptionnaient mal en bas, c'était la mort assurée.
Peut-être existait-il une sortie facile d'accès... Ce serait trop beau.
 
Bon, c'est quand vous voulez que vous finissez de manger, hein, grommela le gardien.


Saturne le regarda droit dans les yeux. Il n'avait pas à l'obliger. Il ne lui laisserait pas le choix. Le garçon ressentait à présent le corps du veilleur comme s'il avait été le sien. Il ne savait pas pourquoi il avait cette certitude. Son cerveau était aussi sien.
 
Avance.
 
Comme si le gardien l'avait lui-même voulu, il exécuta cet ordre. Mars observait en silence, abasourdie.
 
Effectue le code.
 
C'est ce qu'il fit. Saturne aurait très peu de temps avant que d'autres n'arrivent en se rendant compte qu'il y avait un problème.
 
Passe le scanner oculaire.
 
La cellule s'ouvrit. Le jeune homme à la chevelure bleutée se releva d'un coup puis ouvrit le plus vite qu'il put la porte. Il sauta sur l'interface de celle de Mars et retapa la combinaison à la perfection. Il lui manquait une chose.
Il contrôlait le corps du gardien mais il désirait une légère vengeance personnelle. Il captait ses muscles et aurait pu faire cesser de battre son c½ur s'il avait voulu.
 
Le nerf optique se sectionna, comme coupé par une force invisible. Les vaisseaux sanguins à ce niveau explosèrent accompagné d'un bruit peu ragoûtant. L'½il roula comme si c'était une bille, laissant une orbite vide et sanguinolente. Le gardien n'esquissa pas la moindre réaction, comme si tout était déconnecté en lui. Saturne récupérera l'organe au sol et le plaça devant le scanner. Tout cela avait une rapidité et une facilité déconcertante. Le garçon avait du mal à assimiler une si grande capacité. Il tira Mars par la main pour la faire sortir de son état de stupeur.
 
Depuis quand sais-tu faire une chose pareille ?! Demanda Mars avec un haut-le-c½ur.
Depuis maintenant, répondit-il froid. Il n'y a pas de temps à perdre, tous les autres vont rappliquer d'une minute à l'autre !
 
Il prit le gardien contre lui. Cela servirait de bouclier humain. Même s'il doutait que Clyde hésiterait à sacrifier un sbire.
 
Hors de question que j'abandonne Jupiter ! Cria la jeune fille avec désespoir.
 
Voilà qu'elle recommençait et au meilleur moment possible, évidemment.
 
Mais elle est morte, putain ! Rentre-toi ça dans le crâne !
Je veux en avoir le c½ur net ! Répliqua-t-elle en haussant la voix.
 
Saturne aurait voulu la contrôler aussi pour l'emmener. Mais il n'avait plus d'énergie. Son pouvoir avait des limites et arracher l'½il à distance l'avait épuisé.
 
Si on meurt, j'te défonce la gueule, c'est bien clair ? Soupira-t-il, exédé.
 
Son mauvais caractère reprenait le dessus, bien malgré lui.
 
Viens derrière moi. Une fois que je t'aurais montré son cadavre, on se casse de cet endroit.
 
Elle se plaça dans le sillage du corps du veilleur tandis qu'une équipe vint faire barrière devant eux, menée par le Dr. Clyde, toujours aussi souriant. Rien ne semblait l'étonner, comme si ce petit désagrément ne posait aucun problème.
 
L'évasion s'annonçait difficile. Saturne pressa l'oeil comme une balle déstressante. Il explosa dans sa main.
 
Chpouitch.
 
 ◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆
 
Aloooors :3 ?
Je me suis amusé pour écrire la fin avec le pauvre ½il du monsieur XD
Ce fan art m'a fait rire même si j'aurais préféré Mars à la place de Jupiter x3
 
Tu peux t'inscrire dans la liste des prévenus pour être au courant de la sortie des nouveaux chapitres (en com' ou sur l'article dédié) :3
 
Kisu les p'tits nenfants (ᇴ‿ฺᇴ)

Chapitre suivant (à venir) -->
 

Tags : Fanfiction - Saturn - Chapitre 4 - Pokémon - Team Galaxie

Saturn - 05 29/07/2017


 
— Voyons, voyons mes chers protégés... Vous êtes de vilains enfants. Vous deviez bien savoir que sortir ainsi est fortement répréhensible ?
 
Le Docteur Clyde annonçait la couleur avec une entrée théâtrale et une voix digne du meilleur tueur psychopathe qu'il puisse exister. Il faisait son plus beau sourire qui cachait une certaine fébrilité. Une escouade de gardiens lui emboîtait le pas.
Saturne et Mars ne bronchèrent pas et Clyde s'arrêta à une petite dizaine de mètres.
 
— Et si vous laissiez partir cet homme, il m'a l'air un peu amoché et sans doute qu'on vous doit ce travail, Saturne. Je ne pensais pas que vos capacités s'éveillerait si vite.
 
Saturne contrôlait toujours le gardien pour qu'il leur assure une protection momentanée. Il ne voulait pas répondre aux provocations de Clyde. Il serra fort la main de Mars pour lui donner du courage. Cependant, elle n'en avait pas besoin, son visage montrait une expression déterminée. Le garçon aux cheveux bleus était admiratif de son sang-froid.
 
— Voilà une courageuse demoiselle. Aucune nouvelle faculté ne ressort chez vous, soit.. Il réfléchit pour lui-même. A présent, nous allons vous faire rentrer bien sagement dans vos cellules.
— On n'est pas des animaux de laboratoires, va te faire foutre par Coatox ! Rétorqua Saturne avec véhémence.
— Tant de vulgarité. D'ailleurs, c'est nous qui les gardons en sûreté, alors ne t'en fais pas à leur sujet, énonça Clyde d'une voix égale qui ne rendait ses propos que plus terrifiant.
 
Saturne et Mars eurent un haut-le-c½ur. Ils avaient pensé que malgré tout, leurs Pokémon seraient entre les mains de Cynthia qui les avait récupéré avant leur arrestation. Comment avaient-ils pu atterrir dans cette sordide prison. Et si la championne ou Beladonis était de mèche avec cette sombre organisation ? Non, cette théorie était impossible.
 
— Pourquoi est-ce vous qui les avez ?! S'insurgea Mars, terrifiée qu'il ne soit arrivé malheur à Chaffreux.
— Peu importe, la question n'est pas-
— Où est Jupiter ?!
 
La jeune fille aux cheveux pourpres avait coupé le Docteur pour poser la question fatidique. Il pouvait bien lui mentir mais elle avait quand même besoin d'une réponse.
Le sourire de l'homme s'élargit et on entendit des ricanements.
 
— Montrez-lui ce qu'elle veut voir, annonça-t-il d'un air amusé.
 
Les gardiens s'écartèrent pour laisser l'allée libre d'accès. Jupiter allait-elle arriver au bras d'un veilleur, espéra Mars.
 
Ce fut les pieds devants que son amie se présenta.
 
Un gardien poussait un charriot métallique et donna une impulsion pour qu'il parvienne jusqu'à elle en roulant. Le c½ur de Mars manqua un battement. Saturne passa un bras autour de sa taille pour la soutenir car elle flanchait.
 
Saturne comprenait qu'elle reste sans voix en voyant l'état de l'ancienne commandante. Cette dernière devait être morte il y a peu, car le corps n'était pas en si mauvais état que ça, du moins pour un cadavre. On l'avait vêtu d'une simple robe de lin blanc qui tranchait avec la couleur bleutée de la peau. Celle-ci était contusionnée en de nombreux endroits. Son attention se porta sur son visage. Il eut un frisson de dégoût. Ils n'avaient pas pris la peine de cacher les yeux de feu Jupiter. Elle avait une orbite vide – pourquoi cela d'ailleurs ? – et son ½il gauche semblait si vide, alors qu'auparavant on y voyait brûler les flammes de son ardeur et son impulsivité. Ayant constaté cette horreur, Saturne abaissa les paupières de la malheureuse en signe de respect. C'était si glacial. Les joues étaient creuses et saillantes et les lèvres desséchées. Un fantôme aurait sans doute eu meilleure mine qu'elle. L'impétueuse Jupiter n'était plus.
 
C'était un torrent de larmes qui inondait les joues de Mars. Elle sanglotait silencieusement, contenant ses émotions à l'intérieur d'elle-même comme elle pouvait. Elle était telle une bombe prête à exploser. Elle prit la main froide de son amie dans la sienne, s'écartant du gardien sous contrôle.
 
— Si on était parti plus tôt... Si on avait tenté quelque chose, on aurait pu la sauver.., se lamentait Mars.
 
Saturne la laissait décharger sa tristesse. Le décès de Jupiter l'affectait peu, il ne l'avait jamais vraiment porté dans son c½ur. Il avait repris sa froideur habituelle. Clyde les fixait avec une lueur sadique, il se délectait du spectacle et du drame qu'il avait orchestré. Il était cependant déçu que Saturne ne réagisse pas du tout.
 
— Vous êtes un monstre !! Hurla Mars, complètement désespérée.
 
Elle s'apprêtait à lui sauter dessus mais Saturne l'arrêta à temps, la ramenant derrière le gardien. Le garçon sentait son énergie remonter peu à peu bien qu'il utilisait son nouveau pouvoir en permanence pour le maintenir en état de transe. Ils étaient acculés au mur qui les séparaient de l'extérieur. Bien qu'à plusieurs mètres du sol.
 
— Bon, assez rigolé. Rendez le gardien et il ne vous arrivera rien. Vous n'avez qu'à obtempérer, c'est simple, ordonna Clyde qui avait fini de se moquer.
 
A présent, il fallait partir d'ici et en vitesse, c'était impératif. Comme si Mars avait lu dans ses pensées, elle lui lança un regard approbateur. Saturne avait un nouvel instinct qui lui dictait comment utiliser ses facultés. Il fit avancer le gardien contre le mur et s'écarta un peu en se plaçant derrière le charriot mortuaire.
 
Les veilleurs qui allaient donner l'assaut stoppèrent net. Quelque chose d'invisible les faisait trembler de terreur. Clyde les observa d'un air interrogateur. Saturne profita de cet instant de répit. Il allait faire sauter la cloison. Il n'avait besoin que de matière organique pour cela, il le savait au fond de lui. Il serait le détonateur et le contrôlé, la bombe.
 
Une onde de choc parcourut le corps de l'homme sans qu'il réagisse. Ce fut comme si le temps s'arrêta un instant avant que chacun des atomes composant ses cellules n'explosent. Si Saturne n'avait pas contenu la force de la déflagration en un endroit précis, tout aurait été désintégré.
Cela n'avait duré que quelques secondes. Du rouge recouvrait les barreaux des cellules et le visage des personnes présentes était constellé de sang.
 
Saturne était fébrile, il avait réussi sans savoir comment. Il y avait à présent un trou béant par lequel on pouvait observer la forêt silencieuse. Quant au corps, il n'y en avait plus aucune trace. Mis à part, le sang qui avait giclé aux alentours.
 
Clyde restait bouche-bée, les yeux brillants. Il semblait heureux, ce qui était assez étrange au vu des circonstances.
 
— Magnifique ! Tout bonnement fantasmagorique ! Un tel exploit après seulement une session..., murmura-t-il à lui-même.
 
Saturne regarda par le trou. S'ils sautaient comme ça, leurs chances de mourir étaient élevées. Il n'avait bien une idée pour ce qui était d'amortir le choc mais elle ne plairait guère à Mars. Tant pis, il n'y avait pas d'autres choix. Sans un regard derrière lui, il tira la main de la jeune fille et la prit contre lui. Il se crispa et réitéra l'opération avec Jupiter, enfin ce qu'il en restait, et sauta.
 
Tous ceux resté en haut était subjugués. Clyde ricana en voyant la chevelure bleutée de son cobaye disparaître.
 
— Utiliser son amie pour atténuer le choc de la chute... Je ne l'imaginais pas comme ça, mais c'est très intéressant... Très pragmatique comme personne.
 
En contre-bas, il y avait le corps sans vie de Jupiter qui s'était disloquer tandis que Saturne et Mars, gisaient plus loin, inconscient.
 
 ◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆◆
Voici le chapitre 5 qui se termine !
J'imagine faire des heureux avec la mort de Jupiter x)
Ce fanart est so cute *-*
Tu peux t'inscrire dans la liste des prévenus pour être au courant de la sortie des nouveaux chapitres (en com' ou sur l'article dédié) :3
 
Kisu les p'tits nenfants (ᇴ‿ฺᇴ)

<-- Chapitre précédent
 

Tags : Saturn - Pokémon - Team Galaxie - Fanfiction - Chapitre 5